Fnac de Brest : deux délégués FO accusent leur direction

Publié le par FO FNAC 91

En conflit avec leur direction qu’ils accusent de pression et de harcèlement, deux représentants FO de la fnac de Brest soutenus par Marc Hébert secrétaire départemental de Force Ouvrière, déclarent être prêts à saisir les prud’hommes. La direction de la Fnac conteste leur accusations.

 

Les deux délégués syndicaux Force Ouvrière que nous avons rencontrés hier évoquent, en termes très durs, l’ambiances qui règnerait à la fnac de Brest.

« Depuis l’ouverture du magasin en 2002, expliquent-ils, le climat social y est détestable. Et avec le plan de restructuration nationale en cours au sein de l’entreprise,  les choses s’aggravent ».

Et d’évoquer des « pressions régulières, sous forme de modifications de planning au tout dernier moment, des humiliations du « flicage » permanent par le biais de caméras, de la répression anti-syndicale… Beaucoup d’entre nous sont au bout du rouleau et souffrent d’usure nerveuse. C’est devenu intolérable ! ».

 

Soutenus par l’Union Départementale FO, les deux salariés annoncent leur intention de saisir prochainement les prud’hommes pour harcèlement moral.

 

« Cas individuels »

Le directeur de la fnac de Brest, Thierry Brunet, conteste formellement les accusations de ses deux salariés ; «  je suis au courant de ce sujet, déclare t’il. Il s’agit de cas individuels, totalement isolés, pour lesquels nous nous efforçons de trouver une solution. J’ai pris moi-même l’initiative d’inviter l’inspection du travail, il y a quelques jours, pour qu’elle joue un rôle de médiation dans cette affaire. Vous conviendrez qu’il est très rare qu’un directeur appelle de lui-même l’inspection du travail, lors de chaque CHSCT (Comité d’Hygiène et de Sécurité), et ils ne m’ont rien fait remonter de particulier. Si les deux personnes en question veulent aller jusqu’aux prud’hommes, qu’elles y aillent ! Ainsi, des gens spécialisés statueront sur leur situation… ».

 

Patrice Le Berre

http://www.letelegramme.com

Publié dans La revue de presse

Commenter cet article