ATTAQUE A MAIN ARMEE

Publié le par FO FNAC 91

Le chargement de la Fnac braqué sur l'autoroute 

Céline Carez avec Stéphane Sellami
 
Le chauffeur routier qui conduisait un chargement pour la Fnac des Champs-Elysées a été attaqué, samedi, sur l'A 6 dans l'Essonne.
 
UN BRAQUAGE « à la Starsky et Hutch ». Et des malfaiteurs qui sont aujourd'hui dans la nature, toujours recherchés par la police... La scène remonte à samedi.
 
Il est 6 heures, sur l'autoroute A 6, dans le sens Massy-Paris. Une Audi A4 noire suit un camion de 19 t. A l'intérieur, une belle cargaison : matériel informatique, téléphones portables, iPhone, livres, DVD, CD... Le camion, en provenance de l'entrepôt Fnac de Massy (Essonne), est en route pour Paris, destination la Fnac des Champs-Elysées. Sur l'autoroute, à la hauteur de l'embranchement A 6a/A 6b, les hommes de l'Audi sortent un gyrophare et ordonnent au chauffeur de s'arrêter. Ce dernier obtempère. Les trois faux policiers - uniformes, brassards de la police, armes au poing - simulent un contrôle routier. Dans leur jargon, les vrais policiers appellent ça un « braquage aux faux poulets ».
 
Le magasin n'a pas encore chiffré le préjudice
 
Les braqueurs menottent le chauffeur à l'arrière de son camion, le cuisinent pour savoir si son véhicule est équipé d'un mouchard. Puis ils chargent la victime menottée dans le coffre de la voiture. Le petit convoi, Audi et camion, reprend la route. Un peu plus loin sur l'A 6, deux fourgonnettes complices attendent les braqueurs. Ils enfilent une cagoule, vident le camion de son butin, changent les plaques minéralogiques de leurs voitures et s'en vont. Le routier sera abandonné plus tard, sur le bord de la route en Seine-Saint-Denis, libre mais choqué. A 8 heures, la victime, 46 ans, se présente au commissariat de Stains (Seine-Saint-Denis).
 
Reste à savoir comment les malfaiteurs avaient connaissance de la nature du chargement. Le camion appartenait à une société de transports et n'était pas estampillé Fnac. « Il arrive que, dans ces histoires, il y ait un complice informateur à l'intérieur de l'entreprise », lâche une source policière. Ce braquage fait écho à un autre fait divers. A la veille des fêtes de Noël, le 30 novembre, de faux policiers de l'Essonne avait déjà attaqué un chauffeur de poids lourd. Là aussi, même manière forte et même but. Ils séquestrent le chauffeur et vident son 35 t de milliers de jeu vidéo. Montant du butin ? Un million d'euros.
 
L'affaire de la Fnac a été confiée aux enquêteurs de la PJ d'Evry. La Fnac a porté plainte. « Samedi, on attendait désespérément nos palettes ! 39 m 3 de marchandises qui ne sont jamais arrivés. On le ressent dans tout le magasin », se plaignaient les employés des Champs-Elysées. Hier, le magasin était encore en train de chiffrer le préjudice.

 

Publié dans La revue de presse

Commenter cet article